J’ai toujours eu un profond respect pour le Pr Luc Montagnier, pensez donc : découvreur du virus du SIDA (dans les années 80 ça n’était pas une anecdote, loin de là) en compétition avec les chercheurs américains du Pr Gallo, prix Nobel, tout un tas d’autres récompenses, membre de l’académie de médecine et de celle des sciences… Bref, quelqu’un qui tient la route.

Et un beau jour de 2020, je reçois un lien vers une interview du professeur en question, avec un commentaire un peu surprenant sur les révélations qu’il y faisait. Je suis allé écouter cela : heureusement que j’étais assis !

Je laisse au lecteur le soin d’en prendre connaissance par ici :

L’interview en question

J’en ai profité pour prendre quelques notes et envoyer au camarade qui m’avait transmis le lien mes premières impressions. Avec des pincettes, ce n’est pas le premier youtubeur venu qui cause, mais un prix Nobel. Je retranscris ci-dessous mes commentaires à peine retouchés (j’ai retiré les onomatopées et gros mots).

“Après une écoute relativement attentive, voici quelques commentaires qui n’engagent que moi, et qui posent surtout des questions.

1) L’hypothèse de base repose sur le fait qu’on aurait eu une fuite d’un labo P4. Quelle est la probabilité que cela arrive ?

2) Il [le Pr. M.] fait référence à une publication indienne qui n’aurait en fait… pas été publiée. Et c’est la source de son analyse sur les séquences ADN retrouvées dans le virus.

3) Il a été en Chine quelques semaines avant que ça ne commence, mais il ne dit en aucun cas qu’il a été à Wuhan ni qu’il a communiqué avec le labo en question. Procédé de communication classique pour pousser l’auditeur à faire un amalgame Chine=Wuhan=virus=il y était, cela sans rien dire de faux. Intentionnel ou hasard ?

4) Il nous dit que le partage de gènes ne se produit jamais dans la nature mais uniquement dans les labos. Que je sache (ce n’est pas mon domaine de spécialité mais j’écoute et je lis 2-3 trucs)  c’est faux, il y a de nombreux exemples de partage de gènes entre espèces différentes. Voir les travaux sur la coévolution humain/bactéries/virus et la crainte vis-à-vis des OGM.

5) Il nous parle dans la partie sur les soins d’éliminer des séquences d’ARN du virus par des ondes pour soigner les malades… serait-ce la magithérapie ?

6) Il nous dit bien que les complotistes c’est le camp adverse, hein ! pas lui (à modérer par le fait que c’est une réponse à la question du journaliste).

7) Il nous parle aussi à la fin de la vidéo de séquences ADN du virus de la malaria : ils sont forts les Chinois, en cherchant un vaccin contre le SIDA avec des coronavirus, ils sont réussi à y coller des gènes de malaria dedans en plus de créer une sale maladie. Et en plus c’est CE virus qui s’est échappé du labo P4.

8) Il nous laisse entendre vers la fin là aussi “quelques personnes ont voulu en profiter” [de la mise au point d’un vaccin contre le SIDA]. Pas très précis, et procédé rhétorique classique pour lancer l’idée qu’il y a des méchants  profiteurs derrière.

9) Il nous dit qu’il y a une interdiction de publier sur le coronavirus sans autorisation du gouvernement chinois. Pas vu passer de loi sur le sujet en France… blague à part, la dernière  interdiction de publier était celle édictée par les barbus contre Salman Rushdie… Sérieux ?

10) Il finit en disant qu’il faut que la science révèle la vérité et ne soit pas l’objet de déclarations fantaisistes. Je suis tout à fait d’accord sur ce point !

Bref, voilà ce que j’en dis. Je n’y connais pas lourd en génétique (et je n’aime pas ça, j’ai fait des études techniques) mais il y a quelques éléments qui me font poser des questions. Quand on se réclame d’une approche scientifique (ça c’est mon coeur de métier), on cite des faits précis, des noms, des chiffres vérifiables.

Là c’est un discours suspect. Peut-être que je me trompe mais je recommanderais de prendre cette info avec des pincettes.”

L’avenir et les études scientifiques sur le sujet nous diront si cette analyse est correcte, j’ai néanmoins bien peur de ne pas être complètement dans l’erreur.

Il semblerait bien que l’un de ceux que l’on pouvait considérer comme l’un de nos grands hommes ait décidé de suivre une voie pas très sérieuse. Il serait intéressant de savoir pourquoi : perte de capacité d’analyse, intérêt personnel, besoin de (ré)exister médiatiquement, travail pour un lobby quelconque ? Là encore, peut-être que l’avenir nous le dira, ou pas.

Nous sommes en dehors du domaine de spécialité de Scope 22, cependant la performance vidéo rappelle furieusement celle de certains climatosceptiques qui utilisent leur notoriété et leurs titres scientifiques pour s’exprimer aux profits d’intérêts qui ne sont pas ceux du plus grand nombre ni ceux de notre environnement (et je m’arrête ici, je commence à tenir des propos complotistes !).

Poster des tags